Journal de l’aube, extrait

Beauté éphémère

Donnée à l’instant

Sans autre but

Que son exister,

 

Sans autre témoin

Que lui-même

Ou le regard parfois

D’un quidam,

 

Que le spectacle fait ciller,

Et son être-là trembler

Sous le toucher de l’aube,

 

Mousse sur l’humus,

Lichens sur le rocher,

Narine sous le vent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *